Prendre soin de toutes

Contribution pour le projet « Et si… » par Alternatiba, paru le 9 mai 2020

Illustration : Chloé de Crépy

Et si nous prenions enfin soin de celles qui font tenir la société ? Une des choses que cette crise sanitaire a mises en évidence est l’inadéquation de notre échelle de valeurs – et donc de salaires – avec les besoins de nos modes de vie. Parce que ce sont celles et ceux qui sont le moins rémunéré·es et exercent les métiers les moins valorisés, qui sont considéré·es comme indispensables en ce moment : caissières, infirmières, aides-soignantes, femmes de ménage, éboueur·ses, instituteur·rices… Dans leur grande majorité, ces métiers sont exercés par des femmes. Des femmes à la situation précaire – parce que les métiers du care (prendre soin des autres, physiquement et émotionnellement) n’ont pas de valeur ajoutée dans le système capitaliste, où le soin, considéré comme intrinsèquement féminin, est relégué dans la sphère du travail gratuit, invisible, naturalisé. Des femmes souvent issues de l’immigration postcoloniale et/ou vivant dans des quartiers populaires – parce que la stratification sociale a une couleur. …

Suite en ligne https://et-si.alternatiba.eu/prendre-soin-de-toutes/


Mounia El Kotni

Mounia El Kotni est docteure en Anthropologie. Ses domaines de recherche incluent la santé des femmes, l'anthropologie du genre, la santé environnementale et les mouvements de défense des droits humains. Elle travaille au Mexique et au Guatemala. Lauréate Fondation de France 2019-2020 elle est postdoctorante au Centre d'Etudes des Mouvements Sociaux (Cems - EHESS Paris).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search